Henri-Collignon.com

"Retournements"

 

Paru en version papier aux Ă©ditions Baudelaire (France)

Et (enfin) réédité chez Lilys Editions à partir du 25 novembre 2018

Thriller de 560 pages 

Première parution : novembre 2010

Code ISBN 978-2-35508-468-3 (Baudelaire)

Code ISBN 978-2-930848-65-5 (Lilys)

Premier roman, vendu Ă  plus de 1.300 exemplaires sur le seul territoire wallon.

 

 

 

 

 

Synopsis : 

 

 

 

 

Sarah a maintenant tout pour ĂŞtre heureuse.

Elle s’est remise de la mort accidentelle de son premier mari et de celle de sa mère. Mais elle ignore la vérité…
Elle et sa fille Vanessa vivent aujourd’hui sous le toit de Michael Fischer. Il est informaticien pour la SecuriCam et travaille sur un projet de la plus haute importance. Grâce à ses idées neuves et à la technologie offerte par Galiléo (le nouveau GPS européen), le monde de demain sera beaucoup plus sûr. Totalement sous surveillance...
Imaginez ! Un système capable d'intercepter les images de la caméra de recul de votre voiture ou de l'appareil photo de votre voisin... Ce que Michael a inventé fait aujourd'hui froid dans le dos.
Alexandre Lebussy est un inspecteur de police grincheux et contre toute attente, il voit en Michael non pas un brillant ingénieur mais un assassin de la pire espèce. Alors qu'il tente de se défendre face aux soupçons de la police, sa femme est victime d’une agression tandis que Vanessa disparaît. Bientôt, tout ce petit monde va sombrer dans le chaos et s’apercevoir que le mensonge et les faux semblants sont omniprésents. Au-delà des hypothèses judiciaires se cache un secret ô combien plus lourd à porter que le simple homicide.

 

 

Ecrit sur la base de technologies bien rĂ©elles, glanĂ©es dans la plus grande bibliothèque du monde qu'est l'Internet, « Retournements Â» est un dĂ©licat dosage entre la vie d’une famille recomposĂ©e et le progrès scientifique dans sa plus vile expression.


La critique a qualifiĂ© cet ouvrage de “version littĂ©raire de la sĂ©rie tĂ©lĂ©visĂ©e : 24H Chrono”, ce qui - in fine - colle parfaitement au contenu, tant il conte effectivement les dernières vingt-quatre heures d’une femme qui croyait tout connaĂ®tre de sa famille...